Notre engagement social

Comme l'abeille et la fleur


Il nous semble que l’activité menée jusqu'à présent par le Consortium ait une dimension sociale. Bien qu’elle relève d’une "simple" activité économique de nature essentiellement commerciale, elle réunit aussi tous les critères d'une action sociale car elle est utile et bénéfique pour tous ses acteurs : pour ceux qui produisent et qui vendent, pour ceux qui achètent et qui consomment et pour tous les territoires concernés par ces deux catégories d’acteurs.

L’activité du Consortium permet plus précisément le maintien économique de 40 membres associés (producteurs et coopératives sociales) et de 35 autres producteurs non-membres (poussins) qui fournissent des produits au Consortium lorsque la quantité des produits des membres n’est pas suffisante. Le Consortium emploie 49 salariés dont 8 à contrat à durée indéterminée et travaille avec des prestataires de services pour les transports et les emballages.

 
 

De l’autre côté de la filière 10 000 familles sont organisées en groupes d’achat plus ou moins nombreux en Italie, France, Belgique, Autriche, Hollande et Allemagne. Certains groupes se sont d’ailleurs constitués pour acheter les produits du Consortium.

Des liens de plus en plus forts se tissent entre les producteurs associés et les consommateurs associés et les fruits de cette "simple" transaction commerciale acquièrent une valeur sociale. Cette relation qui résidait essentiellement sur l'achat et la vente de produits sains et de qualité à un prix équitable a finalement donné lieu à : l'expérimentation de co-productions et donc l’accord d’une confiance mutuelle, aux prémices d'une activité touristique, des activités d'éducation à la consommation, des festivals et rencontres internationales, la récupération de terres abandonnées et l'entretien de vergers laissés à eux-mêmes etc. Et si l’on observe les actions menées par certains groupes d'achat on peut aller jusqu'à parler de "responsabilisation" et de "sensibilisation", partage des buts et des objectifsqui vont bien au-delà du lien entretenu avec le Consortium.

Ces actions qui vont bien au-delà du choix du circuit court, de la consommation de produits bio et de l’impact positif sur l'environnement bénéficient également aux divers territoires dans lesquels opèrent les producteurs et les consommateurs.

C'est pourquoi nous pensons qu'œuvrer au renforcement de ce cercle vertueux ait une grande valeur sociale. Ce système est loin d’être parfait et recèle encore un énorme potentiel que nous devons exploiter.

NOUS AGISSONS DONC COMME L’ABEILLE, QUI, LORSQU’ELLE A FAIM, SE PROCURE DES BIENFAITS À ELLE-MÊME MAIS ÉGALEMENT AUX FLEURS ET À L’ENVIRONNEMENT DANS SON ENSEMBLE.

Mais que faire du petit excès de miel qu’il nous arrive parfois de produire? Vu le rôle que nous endossons et les objectifs élevés que nous nous sommes fixés ensemble, notre but n’est pas de nous goinfrer davantage (bien que nous soyons plutôt affamés pour être honnête).

Faire profiter aux autres, à des personnes méritantes, d’un modèle économique vertueux, cela nous semble évident! Nous avons déjà obtenu de très bons résultats dans ce sens, mais cela ne suffit pas à être cohérents…

Si nous souhaitons véritablement changer l’économie et les relations entre les humains, nous devons envisager de continuer à nous développer en soutenant de manière toujours plus accrue les projets sociaux et les relations; condition sinequanone pour rendre possible le changement sociétal auquel nous aspirons. 

Il est donc de notre responsabilité de participer à cette société en mettant en oeuvre des actions se démarquant légèrement de notre activité économique quotidienne, en soutenant des structures voisines, qui, croisent notre route pour diverses raisons et dont l’activité, bien qu’éloignée de la vente d’oranges, est indispensable à la création de ce maillage multidimensionnel et hétèroclite.

Nous avons toujours à coeur de répondre aux urgences et cherchons ò soutenir ceux qui réagissent créativement et positivement à la laideur humaine, aux vols, aux incendies douloureux, aux racismes, aux verrous que l’on met aux portes. Parce que nous pensons que la nouvelle société a besoin de créativité positive.

Absorbés par notre travail quotidien, nous n’avons pas toujours pris le temps de communiquer sur les projets sociaux que nous soutenons. Néanmoins, nous vous avons toujours incité à les soutenir aussi et vous avez toujours répondu avec beaucoup d’enthousiasme.